Brioche des Rois à la crème à l’orange et au Cointreau©

Pour fêter l’Épiphanie, cette année j’avais envie d’une brioche des rois plutôt que de la galette. En Vendée, on trouve communément les deux, mais la brioche vendéenne reste malgré tout emblématique.

Pour la base de ma pâte à brioche, j’ai choisi une recette très connue sur le net, la brioche de Julia Child, une cuisinière et animatrice de télévision américaine née au début du siècle dernier et extrêmement renommée dans le monde gastronomique pour ses nombreux ouvrages, notamment sur la cuisine française.

Cette recette a été reprise sur de nombreux blogs depuis déjà plusieurs années, mais c’est chez ma copine Dominique, du blog Cahier Gourmand que je me suis servie.

J’ai ensuite apporté ma variante en garnissant l’intérieur d’une crème pâtissière parfumée aux zestes d’orange et Cointreau©. Elle a ainsi un petit côté “tropézienne”.

Essayer cette recette de brioche, c’est l’adopter, que vous la garnissiez ou non de crème pâtissière. Résultat garanti, elle est épatante !

Brioche des Rois à la crème à l'orange et au Cointreau ©MF Thiery

Brioche des Rois à la crème à l’orange et au Cointreau ©MF Thiery

INGRÉDIENTS

Éponge ou levain

  • 360 g de farine (2×180)
  • 1 sachet de levure de boulanger déshydratée ou 20 g de levure fraîche
  • 10 cl de lait
  • 1 œuf

Brioche

  • 4 œufs
  • 80 g de sucre
  • 180 g de farine
  • 180 g de beurre pommade
  • ½ cuillère à café de sel
  • 1 orange non traitée
  • 1 jaune d’œuf + 1 cuillère à soupe de lait pour la dorure
  • sucre perlé

Crème pâtissière

  • 80 cl de lait
  • 6 jaunes d’œufs
  • 120 g de sucre
  • 30 g de farine
  • 30 g de maïzena
  • 1 gousse de vanille de Madagascar
  • 1 orange non traitée
  • 5 cl de liqueur de Cointreau©
  • une noix de beurre

ÉTAPES

L’éponge ou levain

Faites tiédir le lait et incorporez la levure. Ajoutez l’œuf et la moitié de la farine. Pétrissez au robot pendant 5 minutes sur vitesse minimum (1). Versez le restant de farine sur le dessus sans mélanger, couvrez d’un linge et laissez reposer 45 minutes. La farine aura craquelé sous l’effet de la levure.

La brioche

Dans le bol du robot, déposez le levain et versez dessus la farine, les œufs, le sucre et la pincée de sel. Pétrissez à vitesse minimum (1) pendant 25 minutes.

Coupez le beurre en petits dés et incorporez-le petit à petit en continuant de pétrir pendant environ une quinzaine de minutes supplémentaires, jusqu’à ce que tout le beurre soit bien intégré au pâton. Incorporez au dernier moment les zestes de l’orange.

Roulez la pâte en boule, couvrez d’un linge et laissez reposer et pousser à température ambiante pendant 3 heures.

Déposez la pâte sur la plaque de cuisson recouverte d’un papier et aplatissez-la en lui donnant la forme d’une brioche. Creusez le milieu pour faire un trou, élargissez suffisamment, et maintenez avec un verre ou un bol.

N’oubliez pas d’enfouir la fève par le dessous.

Laissez à nouveau reposer pendant 2 heures à température ambiante pour que la pâte double de volume.

Mélangez le jaune d’œuf avec le lait. Badigeonnez la brioche, parsemez de sucre perlé et enfournez à 180° pendant 15 minutes puis baissez à 170° et poursuivez la cuisson pendant 15 minutes supplémentaires.

La crème pâtissière

Portez le lait à ébullition avec la gousse de vanille fendue en deux.

Dans un saladier à part, faites blanchir les jaunes d’œufs avec le sucre. Incorporez la farine et la maïzena puis mouillez progressivement avec le lait chaud. Remettez sur feu doux et laissez cuire jusqu’à épaississement tout en mélangeant au fouet. Incorporez au dernier moment les zestes d’orange et le cointreau.

Badigeonnez le dessus de la crème avec le morceau de beurre puis filmez au contact de la crème pour éviter la formation d’une croûte. Laissez refroidir.

Montage final

Fendez la brioche. Garnissez-la de crème pâtissière.

C’est prêt ! Et que celui qui trouve la fève choisisse son roi ou sa reine !

Partagez cet article sur :



Auteur : Marie-France Thiery

Marie-France Thiery
Si l’année de ma naissance offrait de très grands crus viticoles aux amateurs, c’est plutôt du Fief vendéen qui coule depuis toujours dans mes veines. Née d’un papa bocain et d’une maman maraîchine, l’un amateur passionné de pêche et l’autre grande cuisinière devant l’éternel, j’ai passé ma jeunesse à Challans et mes études aux Sables-d’Olonne. Elevée aux fruits de mer que nous allions pêcher en famille à Noirmoutier, grenouilles, civelles, anguilles des marais, bars de ligne pour les grands repas dominicaux…. mais aussi fressure, brioche, flans maraîchins ou autres produits de Vendée, ma nature épicurienne s’est révélée dès mon plus jeune âge.  Je partage depuis maintenant 5 ans recettes, balades et découvertes gastronomiques sur mon blog « Une cuillerée pour papa ». Posez vos questions à Marie-France Thiery, Spécialiste « Gastronomie »
Voir tous ses articles