Si Peau d’âne nous était dansé

La reine est morte, vive la reine. Sauf que le roi a des visées sur sa fille. Ça sent l’inceste ! Voilà la malheureuse contrainte de masquer sa beauté sous la peau d’un âne ! Le fameux conte de Charles Perrault a inspiré les frères Grimm, Jacques Demy et bien d’autres. Mais c’est la première fois qu’un chorégraphe s’y colle. Emilio Calcagno, un ex du ballet Preljocaj, en donne une version dansée qu’il qualifie lui-même de « glamour et glaciale », voire « bling-bling ». Assurément très contemporaine, projections

Peau d’âne, par la compagnie Eco, vendredi soir aux Atlantes.

vidéo, accident de voiture et écriture chorégraphique très sensuelle à l’appui de la transposition, conçue pour douze danseurs. En jeu, le pouvoir et l’argent, les passions charnelles, les désirs interdits. Pas vraiment un univers enfantin !

Vendredi 25 janvier à 20 h 30. Les Atlantes. Tarifs : 26 €, 18 € (réduit). Réservations : Office de tourisme, tél. 02 51 96 85 78, billetterie en ligne, sur place.

Partagez cet article sur :



Auteur : Marie-France Le Fol

Marie-France Le Fol
Née aux Sables d’Olonne, j'ai exercé l’essentiel de ma carrière d’enseignante à Nantes. J'ai terminé celle-ci dans ma ville natale où j'ai parallèlement développé une activité de correspondante de presse au journal Ouest-France. Aujourd’hui je suis retraitée, je me consacre essentiellement à cette activité. J'y exerce avec bonheur mon goût de l’écriture qui m’a amenée à développer mon intérêt pour la littérature, l’art contemporain et les arts vivants. Posez vos questions à Marie-France Le Fol, Spécialiste « Culture »
Voir tous ses articles
  • Judee

    pratique!