Carpaccio de Saint-Jacques sur blinis

Impossible de finir l’année sans vous offrir une dernière recette – pas la der des der non plus, puisque je vous le prédis, la fin du monde épargnera la Vendée !

Imposssible de ne pas vous parler de la coquille Saint-Jacques, les pêcheurs sablais ayant entamé en novembre dernier leur campagne de pêche  dans la Baie de l’Aiguillon.

Et puis la noix de saint-jacques est un produit festif par excellence, elle fait merveille sur les tables de fin d’année. Je ne saurais trop vous recommander d’éviter les Saint-Jacques surgelées des supermarchés, surtout les petites qui sont en réalité, la plupart du temps, des pétoncles de provenance lointaine.

Privilégiez les produits frais, il vaut mieux en acheter moins et avoir une noix de saint-jacques pêchée localement, bien épaisse, brillante et avec son corail qui peut servir pour tout plein de préparations, comme les sauces par exemple.

Idem pour les blinis, c’est tellement simple à réaliser que ce serait dommage d’utiliser celles que l’on trouve dans le commerce,  pâteuses et sans aucun goût.

Voici donc une recette toute simple, rapide à réaliser et qui pourra convenir pour une petite entrée style amuse-bouche.

 

Ingrédients pour 6 personnes

  • 6 noix de saint-jacques avec corail
  • pour les blinis :  120 g de farine – 2 oeufs – 5 cl de crème fraîche – 10 cl de lait – sel – poivre
  • 1/4 de betterave crue
  • 1 mâche
  • huile de noisette – vinaigre balsamique
  • fleur de sel – poivre noir
  • 1 citron vert
  • pour la décoration (facultatif) : quelques perles de balsamique blanc ou noir que l’on trouve en épiceries fines

Préparation

1ère étape : bien nettoyer les noix de saint-jacques et les couper en fines tranches. Les mettre dans une assiette, arroser de deux cuillerées à soupe d’huile de noisette, parsemer de zestes de citron vert, ajouter quelques grains de fleur de sel, un tour de moulin à poivre (le Sechuan serait parfait) et recouvrir d’un film transparent. Mettre au frais pendant 1 heure minimum.

 

2ème étape : dans un saladier, verser la farine tamisée. Faire un puits au milieu et y casser les deux oeufs entiers. Mélanger en incorporant petit à petit la crème liquide puis le lait. Saler et poivrer. Laisser reposer 1 heure au frais avant cuisson. Faire chauffer une poêle et les préparer une à une si vous n’avez pas de poêle à blinis comme la mienne (voir photo) ; ou sinon utilisez des cercles au milieu desquels vous pourrez verser la pâte. Les faire cuire 2 ou 3 minutes de chaque côté. Laisser tiédir.

3ème étape : peler la betterave à crue et la râper finement.  Nettoyer la salade de mâche dans plusieurs eaux pour enlever toutes les impureté, égoutter.

 

Montage : sortir les saint-jacques et conserver l’huile de macération ; dans l’assiette, déposer un premier blini ; répartir dessus les lamelles de saint-jacques en forme de corolle ; au milieu, mettre un petit tas de betterave râpée ; disposer autour la mâche.

Récupérer l’huile de macération, y ajouter une autre cuillère d’huile de noisette, 1,5 cuillères de vinaigre balsamique et le corail coupé en petits dés.  Arroser la salade, les betteraves et couvrir avec le deuxième blini.

Parsemer d’un peu de zestes de citron vert restant et décorer éventuellement selon l’inspiration (perles de balsamique, oeufs de lump…).

 

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de Noël et de fin d’année,

et serai très heureuse de vous retrouver en 2013

avec toujours autant de gourmandises à vous proposer…

Partagez cet article sur :



Auteur : Marie-France Thiery

Marie-France Thiery
Si l’année de ma naissance offrait de très grands crus viticoles aux amateurs, c’est plutôt du Fief vendéen qui coule depuis toujours dans mes veines. Née d’un papa bocain et d’une maman maraîchine, l’un amateur passionné de pêche et l’autre grande cuisinière devant l’éternel, j’ai passé ma jeunesse à Challans et mes études aux Sables-d’Olonne. Elevée aux fruits de mer que nous allions pêcher en famille à Noirmoutier, grenouilles, civelles, anguilles des marais, bars de ligne pour les grands repas dominicaux…. mais aussi fressure, brioche, flans maraîchins ou autres produits de Vendée, ma nature épicurienne s’est révélée dès mon plus jeune âge.  Je partage depuis maintenant 5 ans recettes, balades et découvertes gastronomiques sur mon blog « Une cuillerée pour papa ». Posez vos questions à Marie-France Thiery, Spécialiste « Gastronomie »
Voir tous ses articles